Image 1

23.09.2016
L'atelier déménage courant 2017, Réouverture vers la fin septembre au pays Basque


En savoir plus 23.09.2016
Les ateliers de l'Atelier...
En savoir plus




  
     |Infos : Divers ...




L'atelier : 

L'atelier Solognot
26, rue Pierre Brossolette
45400 Fleury les Aubrais
Loiret, France

Tel : +33 (0)6.12.76.11.20

Pour me contacter par mail veuillez utilisez le formulaire : ICI



Commande : 

Pour toute commande un acompte de 30% sera demandé.
l'envois se fera en Colissimo recommandé avec assurance (à hauteur du prix du couteau), après réception du solde.


 


Petite info sur la Galalithe

Comme l'indique son nom (dérivé du grec gala=lait et lithos=pierre) la galalithe est une matière dure formée à base de lait. Découverte en 1889, son procédé d'obtention a été affiné au début du siècle: un chimiste français, M. TRILLAT, trouve le moyen d'insolubiliser la caséïne (proteïne du lait) en y rajouttant du formol qui garantit donc sa conservation.

La caseïne représente environ 30g de matière par litre de lait. En la mélangeant à du formol et à divers colorant, on a donc obtenu le premier polymère artificiel, qui a été largement utilisé au début du siècle dans la fabrication de boutons, bijoux, stylos, fume-cigarettes, matériel électrique, etc...
La galalithe, dure et soyeuse, se travaille comme la corne et a un aspect proche de l'ivoire. Elle ne se moule pas et requiert un travail de polissage manuel.

Vers le milieu du siècle dernier l'apparition des matières plastiques moulables a scellé le sort de la galalithe: trop chère et malcommode, sa production a été arrétée.
Il reste cependant quelques artisans qui l'utilisent encore. En effet ses qualités sont là: biodégradable, anti-allergique, anti-statique, et avec un mode d'élaboration simple et écologique, il est possible qu'elle refasse son apparition...
 



Oosik

Oosik est un terme utilisé en Alaska pour décrire l'os pénien des phoques et des morses. Pouvant atteindre chez le morse 60 cm, ils sont polis pour être utilisés comme poignée des couteaux et autres outils. Il n'est pas rare qu'ils soient vendus aux touristes comme souvenirs par les habitants naturels, seuls encore autorisés à chasser le phoque.